9 Mois de Toi

Mon amour a eu 9 Mois !

Je l’ai eu plus longtemps dans mes bras que dans mon ventre. Le temps à filer à toute vitesse. Ce petit bébé de 2.050kg, et devenue un petit bébé petite fille de 6.2kg avec son kiki sur la tête! je ne peux imaginer que son poids ait triplé ! (elle reste toujours une crevette mais nous connaissons le chemin parcourus)

Je ne ressent plus ce vide dans mon ventre. Je n’ai d’ailleurs pas envie d’avoir d’autre enfant tellement je suis comblée d’amour !

C’est un rayon de soleil. Elle sourit à tout et à tout le monde. Dès quelle voit un enfant ou un animal c’est l’euphorie ! D’ailleurs en la baladant dans le quartier, une maman m’a dit que j’avais un bébé Bonheur ! ces mots sont si vrais, et m’ont tellement touchés !

Elle ne pleure quasiment jamais, à part des grosses fatigues ou quand on met trop de temps à l’habiller elle se met à râler.

Elle n’a toujours pas de dent ! Mais bon, les bébés sans dents ça n’existe pas, dixit la pédiatre 😉

Elle ne boit plus de bibi, mais mange de tout à part ça…

Elle rampe à toute vitesse, se met debout, se tourne et se retourne, met sa sucette toute seule et ça, ça nous bluffe !! Elle est rarement en demande pour jouer, elle sait très bien venir nous chercher quand elle en a marre, et nous tirer le pantalon <3<3

On ne peut s’empêcher d’aller la regarder dormir, et on rit toujours autant des positions dans laquelle on la retrouve !

Niveau santé, nous avons vu l’hémato, et les chirurgiens orthopédiques. Pour l’instant niveau santé tout va bien. Elle a une eu biopsie cutanée et une prise de sang et a été une vraie warrior ! (tant pis pour nos petits coeurs de parents brisés par ses pleures malgré l’anesthésie locale…) Elle a un point depuis 7 Jours, mais c’est comme si de rien n’était, elle n’a pas râlé un seul instant depuis la biopsie, s’est laissée nettoyé le pansement et le point tous les jours ! Un ange !!!

L’opération des pouces est repoussée au moins de 6 mois. J’appréhendais tellement ce rdv avec le chir que je n’arrivais plus à rien, et finalement nous avons été écouté et soutenu dans notre choix ne vouloir conserver ses pouces à tout prix, sachant qu’elle fait absolument tout ce qu’elle a envie de faire, parfois à deux mains quand les autres n’en utilisent qu’une, mais après tout c’est sa différence, nous ne voulons pas la mutiler. Nous envisagerons un transfert musculaire un peu plus tard, pour lui donner plus de force. Nous avons de l’espoir pour le droit, mais le gauche ne bouge pas du tout…

Son sourire nous a fait oublié tous nos tracas ! Nous ne pensons plus à la maladie. Et nous remercions le ciel qu’elle soit dans nos vies, tellement nous sommes fous d’elle et qu’elle nous rend heureux !

 

La saison des amours?

Avoir mon trésor avec moi de m’a pas guérit de la douleur des annonces…

Après la GEU de la dinde la semaine dernière, dont je suis quasi sure qu’elle sera encore farci pour Noël prochain… voici encore trois nouvelles annonces en quelques jours… (pas de GEU, hein 😉 )

Bien évidemment, annonce avant tout écho ou pds… En C1 pour l’une !

Mais que diable font les autres pour tomber en cloque quand ils le décident?

Double peine pour moi, de voir leurs enfants naître en parfaite santé ! (sans avoir forcément suivi toutes les règles d’hygiène alimentaire !)

Je meurs d’envie d’être enceinte à nouveau, de porter la vie, sans forcément vouloir un autre enfant dans l’immédiat. Vouloir conjurer le sort qui nous a frapper. Tout recommencer.

Je ne sais pas si un jour je serais prête à affronter ce nouveau combat, encore plus difficile à combattre aujourd’hui avec deux maladies génétiques (connues!). Ce contenter de ce qu’on a…et voir les chances d’un donneur compatible pour notre fille réduite à néant.

Je ne comprenais pas ces mères qui se plaignaient de ne pas réussir à avoir le second, alors qu’elle en avait déjà un, comme si elle n’avait pas le droit d’en désirer un second/troisième/quatrième car elles étaient déjà mère… mais ressentir ce vide abyssal avec son enfant dans les bras est quasi aussi douloureux que celui de ne pas être mère… Je pèse mes mots, évidemment j’ai la chance d’avoir mon enfant tant désiré, mais j’ai cette blessure en moi de cette grossesse et de cette maladie, que j’ai l’impression que tout recommencer pourrait apaiser ma peine…

Et je pense parfois à sa jumelle, comme si peut être je recherchais cet enfant que j’ai perdu, qui devrait avoir les traits de ma fille et avec qui elle devrait jouer… peut être la réponse à ce vide qui m’habite…

 

Ma belle mère

C’est bien connu, les relations belle-mère/belle-fille sont souvent tendues. Pour notre part elles se déroulaient plutôt très bien jusqu’à la naissance de ma fille. Non pas par son immiscions dans nos vies, on va déjà dire que « notre parcours (pré/post et pendant la grossesse également) » est atypique.

Ma belle mère ne connait pas spécialement le monde médical, on pourra retenir qu’elle n’est pas plus cultivée que ça, mais se donne des « pouvoirs » de lire dans les autres et d’avoir du magnétisme… elle propose d’ailleurs des soins énergétiques et thérapie en tous genre…

Quant on lui parle de maladie, sa seule réponse est qu’on peut se soigner par la pensée ( du cancer entre autres…)

Elle rebute du sel de table « mauvais pour la santé » mais fume/boit et se maquille à outrance… et se permet de juger tout le monde sur ce qu’il mange etc…

C’est le genre de mère qui passe la journée de la fête des mères chez son mec, et qui se plaint ensuite que ses enfants ne pensent pas à elle?

Je suis cartésienne, alors ses histoires d’esprits, de fées, de forces, d’énergie, de magnétisme… c’est très peu pour moi, et elle le sait très bien, mais elle essaye toujours de me convaincre. Elle se dit tolérante, mais ne respecte pas les convictions des autres.

Pour la définir on dit « qu’elle parle aux arbres ». Elle est dans la lune. Y a nous et puis elle, dans son monde. Elle est pas méchante mais peu à peu je découvre une autre version d’elle. La jalousie. L’égoïsme. La Susceptibilité. Elle ramène toujours tout à elle.

Ca a commencé à la naissance de mon trésor. On est resté 17 jours en néonat, les visites étant limitées à une personne + un parent; nous avons décidé d’accepter uniquement nos parents et nos sœurs durant notre séjour, sachant qu’il fallait déjà les faire venir un par un. On donnait un horaire en fonction de tout le monde, sachant qu’elle ne travaille AUCUNE après midi, on va dire qu’on pouvait la décaler plus que les autres. Nous étions vraiment très mal, l’inquiétude nous rongeait tous les jours.

Si quelqu’un avait le malheur d’être la quand elle arrive, on avait le droit à une remarque « ah ben moi vous m’avez dit à 17h ». Je vous parle même pas si la personne l’avait dans les bras…

Quand elle embrassait S. (elle se maquille comme un camion volé) en lui laissant des traces de rouge à lèvre et qu’on lui disait de ne pas l’embrasser si elle en avait, on avait droit a un tirage de gueule.

Quand on était inquiet des examens (le choc de la découverte de ses malformations nous a beaucoup inquiété forcément, son poids, examens de tous le corps…), elle nous demandait ce qu’on voulait manger pour Noël, alors que nous ne savions même pas quand nous sortirons et manger était le dernier de nos soucis, mais non, on y avait droit tous les jours jusqu’à Noel. (Je n’ai jamais autant détesté Noel…)

Quand ma mère repartait avec nos affaires sales, on a eu droit « et moi aussi je veux vous laver des vêtements… ». A coups d’escalade, elle revenait chaque jour les bras plus chargées que la veille quand elle s’est rendu compte que ma mère nous apportait tous les jours quelque chose.

Elle a mal pris que l’on autorise pas son « compagnon » a venir à l’hôpital…ça fait certes 10 ans qu’ils sont ensemble, mais ils ne vivent pas ensemble, et nous ne le considérons pas comme notre beau père. Mais je n’ai pas apprécie cette façon de faire et de remettre en cause nos choix, nous avons des personnes bien plus proche de nous a qui nous avons pas dit de venir pour pas faire d’histoire, tout le monde ne pouvant pas venir, nous avons préféré privilégier les grands parents et tantes. Cette capacité de ne pas voir la souffrance des autres, pour une personne qui se fait payer en tant que thérapeute, je trouve ça extraordinaire.

Je l’allaitais, et forcément les débuts sont tatillonnant, sans parler du fait que ma fille dormait énormément mais qu’on devait la stimuler, j’étais à bout mais je me battais pour ma fille, je dormais très peu, réveil toutes les 3heures pour la nourrir sachant qu’après chaque tétée je tirais pour stimuler, de jour comme de nuit. Elle venait au moment des repas et restée assise a nous regarder. Je n’arrivais plus a lui sortir un seul mot, la colère envers elle ne faisant que s’accroitre. Biensur elle n’avait pas pu allaiter, n’ayant « pas de lait »… je ne sais pas si elle a seulement essayé de mettre ses enfants au sein, je suis a mille lieu de son monde, après notre « combat » je ne peux pas concevoir une seule remarque d’une personne ayant bu/fumé pendant sa grossesse! Je pense même qu’elle n’a jamais eu la moindre force de se battre pour ses enfants, préférant passer son anniversaire avec ses patrons plutôt que sa famille… Je n’ai « rien » contre les personnes qui n’ont pas allaité, mais faut arrêter de dire des conneries en tous genre « je n’ai pas de lait », sauf exception, mais faut il encore stimuler ses seins pour en avoir !

Elle a offert a ma fille une peluche achetée dans la cafet de l’hôpital…(rien d’autres) qu’elle grand mère fait ça?

Quand elle a vu que chez ma mère il y avait des livres pour enfant (ma mère est déjà grand mère donc elle a pleins de jouets, dont certains qui nous appartenaient), il a fallut qu’elle dise « moi aussi il faut que j’achète des livres ». Et elle se promène avec ses livres quand elle vient la voir…??? Hors de question pour elle de lire un livre qui ne lui appartient pas… Au pire elle nous les laisse, au mieux elle les garde chez elle.

Elle ne fait pas les choses par plaisir, mais par jalousie de ce que fait ou a ma mère, et je trouve ça insupportable.

Quand on a appris la maladie de notre fille, un vendredi, mon chéri l’a appelé pour lui dire, et nous n’avons eu aucun mot ni message de tout le Week end. Mais quand elle a appris le lundi que nous étions chez mes parents, elle a appelé ma mère en furie, pour lui dire qu’elle était toujours exclue de tout????????????? A aucun moment elle n’a pris de nos nouvelles, et puis à ce moment la, notre seule préoccupation c’était notre fille, nous étions DEVASTE !

Je suis sure que si on lui demande la maladie qu’elle a, elle est incapable de nous répondre, ni sur ce qu’elle implique. Elle n’a jamais posé de question.

La semaine dernière, elle me dit qu’il faut qu’elle me donne les coordonnées d’un guérisseur au Portugal pour qu’on amène notre fille!!!!!! Non mais sérieux, a quel moment je lui ai demandé quelque chose? elle ne se renseigne pas sur les conséquences concrètes de la maladie et croit que je vais emmener ma fille chez un guérisseur? Je lui ai simplement répondu que je ne croyais pas aux miracles! Va pas falloir qu’elle continue !

J’ai pris sur moi pour accepter de lui laisser ma fille à garder parce que j’aurais voulu qu’elle soit proche de ses grands parents, mais le premier essai a fini en pleure, elle et ma fille, au moment de franchir la porte ! que c’est rassurant…

Je commence à vouloir sérieusement faire du tri dans ma vie. Ces personnes qui disent « on sera la pour vous, si on peut faire quelque chose pour vous » et qui sont incapable d’aller simplement donner leur sang pour montrer qu’ils ont compris les enjeux…

Je suis dégoutée des gens…

Désolé pour cet article décousu, j’aurais voulu avoir vos avis pour essayer de supporter la bêtise et l’ignorance…

 

La dinde: le retour

A l heure ou avoir un rapport est encore douloureux pour moi, là dinde, qui a accouché 10 jours avant moi est tombée enceinte !

Alors peut être que je devrais pas si mal le vivre après tout, elle vient de faire une GEU… mais je n arrive pas à arrêter d y penser …

Je trouve la vie tellement injuste…

Notre combat pour que notre fille n ait pas une vilaine maladie mais qui finit quand même avec une affreuse maladie de merde…

Et les autres qui tombent en cloque par « accident »…

Peut être que ça me renvoie simplement au fait que si je veux un autre enfant il me faudra plus de 6mois après la naissance de ma fille pour y arriver…

et que certainement si elle est tombee enceinte, elle y « retombera » très rapidement ..

Est ce si mal de se réjouir un peu du malheur des autres?

Un bonheur si fragile: le diagnostic de ta maladie

Pratiquement 1 an jour pour jour après ta conception. Le couperet est tombé. Il y a un an, je découvrais toute tremblante, seule dans ma salle de bain, une seconde barre apparaitre pour la première fois. A peine visible, mais pourtant bien la ! Une joie immense, un bonheur si simple et si miraculeux. Il y a un an je ne pensais pas encore que ce bonheur d’être mère soit si grand, et si prenant. Je ne savais pas qu’on pouvait souffrir autant sans avoir mal physiquement… 

Après une grossesse angoissante (pour résumer…). Une amniocentèse et des résultats de caryotype « normaux » (il faut savoir qu’il ne recherche finalement que des anomalies chromosomiques). Un accouchement merveilleux et une rencontre extraordinaire, mais des premières minutes éloignées, des heures dans le néant à la suite de la découverte de ta malformation des pouces. Je crois que personne ne peux imaginer cette ambivalence des sentiments sans l’avoir vécu: avoir son bébé (= ça devrait être le(les) plus beau jour de notre vie) et découvrir son « handicap » (je déteste maintenant nommer quelqu’un en disant il est « handicapé », il faut se mettre à la place d’une mère pour qui l’on résume « son merveilleux trésor » en seulement « handicapé »: NON ma fille n’est pas HANDICAPE, elle a une maladie de merde mais ça ne fait pas d’elle tout ce qu’elle est!). C’est surement stupide d’avoir réagit ainsi les premières heures/minutes/jours et même semaines ! Mais quel terrible choc après tant d’échographie, un DPI (putain de merde !!!) et une putain d’amniocentèse !!

ça devait s’arrêter le jour de mon accouchement, mais non bordel, ça n’a fait que s’empirer !

Je me suis si souvent rappelé que le DPI n’empêcherait pas que quoi que ce soit d’autre nous tombe sur la tête, comme si j’avais lu dans l’avenir que le combat ne cesserait donc jamais.

A chaque fois que l’on me disait « on a rien trouvé d’anormal », je n’entendais que « on a pas encore trouvé », comme si j’étais dans l’attente de quelque chose. Aucun médecin n’a pu nous rassurer sur sa santé, ils avaient peut être bien fait de se taire.

On avait rencontré la généticienne, et pour elle s’était « a priori » isolé. On était ressorti de la « rassuré », enfin ni inquiet ni enthousiaste. donc les résultats de la prise de sang ne sont qu’une formalité. Le 26/02/2019 je ramène mon trèsor faire une prise de sang (oui, imagine toi un bébé de 2mois et demi, pesant a peine 3kg se faire piquer !) pour faire des recherches génétiques, suite à l’anomalie des pouces et le RCIU. (la première fois elle n’avait pas réussi a avoir assez de sang, après l’avoir piqué 4fois !) Houra, elle la pique du premier coups !! mais la connasse d’assistante ne nous fait pas tomber le tube à peine posé !!! Je vois rouge !! Elle recommence et on s’en va! Les résultats mettent plus ou moins 2mois. Pour tous ceux et celles qui ont déjà fait des analyses génétiques, on sait très bien qu’en général on peut multiplier le délai par 2 ou 3!

27/03/2019 téléphone sonne. La généticienne: Ok ça pue ! elle nous donne rdv pour dans 2 jours…Je ne suis pas vraiment inquiète. Elle m’a dit qu’une place s’était libérée vendredi, je ne cherche pas plus loin.

29/03/2019 LE PIRE JOUR DE TOUTE MA VIE

on se rend donc au rdv, toujours pas inquiet. Qu’est ce qu’ils auraient bien pu trouver d’autre? elle n’a pas d’autre malformation et grandit bien donc ça doit être pour la suite des recherches…

Après 30 minutes de retard, toujours pas inquiet.

On rentre enfin dans le bureau, la généticienne et une autre dame (la psy, mais j’avais pas capté encore !): voila on a les résultats de S., elle a la maladie de Fanconi. Ok connais pas… mais ça a l’air sérieux.

ça touche tous les organes, mais S n’a pas de malformation (il faut imaginer quelle cite chaque organe et qu’elle dit « ça c’est bon on sait qu’elle n’a rien)… on finit par se dire qu’est ce quelle va bien nous sortir de son chapeau si tous les organes sont OK !!!

et puis là le drame: ça touche aussi la moelle osseuse…………………….. pluie de larmes, j’avais TOUT imaginé, mais ça ! et aussi plus a risque pour les cancers  pluie de larmes

C’est donc une maladie génétique, nous sommes porteurs d’un gêne malade tous les deux. Les guignards de la vie ! Pas une mais deux maladies génétique (connue) ! Sur qui ça peut tomber franchement de passer par un DPI, et de finir avec une maladie qui rend la vie encore pire que celle pour laquelle on a fait le DPI???????

Elle nous demande plusieurs fois si on a des questions, la seule qui me vient en tête c’est « est qu’elle va mourir? », je ne saurais pas vous dire exactement ce qu’elles m’ont répondu, mais en gros ce que j’entends c’est « pas plus que quelqu’un qui a un cancer ».

On ressort de la lessivé ! Littéralement ! Physiquement ! Moralement ! On s’est pris un train à la naissance (ça devait être un TER…) mais la on s’est pris le TGV ! La vie ne peut elle pas être simple pour nous aussi?

Cette douleur psychique qui se diffuse dans le corps est terrible. J’aurais préféré mourir sur l’instant que de devoir affronter les quinze prochains jours. On repart en voiture, sans se parler. Je suis dans le néant. Si j’avais du conduire, je crois sincèrement que je me serais foutu en l’air avec ma fille et mon chéri. C’est dur de penser à toutes les façons dont on pourrait tuer son enfant sans qu’il souffre, pour ne pas qu’il ait à affronter la vie qu’il va avoir. Je l’écris après avoir tant voulu le crier, mais comment dire à son mari et aux gens qu’on aime (mes parents; soeur en l’occurrence) que l’on a envie de mourir? Rajouter de la peine à leur peine. Mais c’est réellement ce que j’ai ressenti ces quinze jours. On a pas pu rester seul à la maison avec notre fille. Personnellement j’avais peur de lui faire du mal.

Incapable non plus de devoir affronter les larmes de nos proches. C’est d’abord NOTRE peine.

Petit aparté sur ma belle doche, qui a appelé ma mère en colère que l’on soit allé dormir chez elle la semaine qui a suivi l’annonce, qu’elle était toujours écarté de tout ! Pétage de câble chez moi, je veux bien être tolérante, mais en ce moment si y a quelqu’un qui doit être en colère c’est moi !

Les jours ont passés, bientôt un mois que l’on vit avec. Les premiers jours sont terribles. Avoir du mal à regarder son enfant. Etre incapable de parler sans pleurer. Se dire que tout ce qu’on fait pour notre enfant est un investissement à fond perdu (très dur de penser ça !).Ne plus avoir envie de vivre…

et puis on se fait une raison. On contact l’association AFMF, le site est super bien fait pour ceux que ça intéresse https://www.fanconi.com/ ! Youpi, dans notre malheur la recherche avance, c’est tellement chouette d’avoir une maladie qui sert de laboratoires pour la recherche sur le cancer (certe c’est chouette qu’il y ait autant de recherche, et je sais O combien les maladies « orpheline » en sont dépourvues, mais c’est un peu le ressenti que ça me fait: on va tester sur eux, de toute façon perdu pour perdu !) J’espère égoïstement que si quand ma fille (j’ai arrêté de me dire que si ça se trouve si ça déclarera pas ! on est trop guignard pour être des miraculés!) en aurait besoin, un médicament pourra la soigner ! alors on va s’investir avec eux, même si c’est dur de se mettre le nez dedans : ben oui quand on y pense pas on y pense pas et ça ne nous fait pas mal !

Je fais appel à votre générosité, et votre égoïsme aussi (les dons sont déductibles des impôts 😉 ) si l’envie vous dit de soutenir une cause qui vous tient à cœur, et aussi de sauver notre petite S. … de faire un don à l’association AFMF. et aussi très très important, le don de sang et de moelle, il faut avoir moins de 50Ans et être en bonne santé. c’est fini les prélèvements dans le bassin, maintenant le don de moelle se fait comme une prise de sang (avec un petit traitement avant pour booster la moelle) mais pensez que ça peut sauver des vies, Vraiment !

1 mois de toi

Naissance: 42,5cm 2,050kg

1 mois: 45 cm 2,620kg

1 mois ! Que le temps passe vite. Deux semaines qu’on est rentré à la maison. On a bien pris nos marques et je sais ce dont tu as besoin. Tu est curieuse et accroche tout le monde du regard. Tout est naturel et fluide entre nous. Il faut encore te réveiller parfois pour manger. Peut être que rester 18jours en neonat aide dans ce chamboulement de vie. Des épreuves que peu de bébé ont a passer dans leurs premiers jours de vies: prise de sang quotidienne, perfusion, sonde gastrique, radios, écho, ecg, fond de l œil …

Je chambrais papa pendant la grossesse pour qu’il soit seul à assister à tes premiers vaccins, et finalement j ai eu besoin d être auprès de toi a chaque épreuve … c est bien ça le rôle d une mère… j ai autant besoin de toi, que toi de moi…

je tire toujours mon lait pour te le donner au bibi car tu n as pas encore la force de manger tes rations toute seule. Heureusement que papa est encore en vacances !

Je préfère retenir le positif de tout ce chemin:

-d’une grossesse stressante, suivi pour RCIU , hospitalisé à domicile, Dpi,dpni, amniocentesse…je retiens que je n ai eu aucun symptôme de grossesse, ni vomit ni mal de dos ni vergeture. Je suis même plus légère après avoir accouché qu au moment de ta conception …-4kg… si on m avait dit…

-d une séparation a ta naissance et ton départ en neonat et nos retrouvailles 4h plus tard, je retiendrais cette journée hors du temps dans ma bulle, d avoir touché ta tête quand tu es sorti et d’avoir vu ton visage sortir quand tu te retournais … quel moment inoubliable… et nos deux premières tétées, celle rapide en salle de naissance, ou tu te dirige seule vers mon sein, et lors de mon arrivée en neonat ( après avoir dû avaler un repas pour pouvoir te voir, à 2h du matin!)

-de ne pas avoir su ton sexe et d avoir dû attendre 20minutes après ta naissance je retiens que je savais au fond de moi que tu étais une fille, c était donc une evidence

-d apprendre ta différence et ces heures de néant après ta naissance je retiens que les larmes de joies sont plus fortes et que le simple fait de te regarder me fait oublier le futur combat que l on a à mener. Tu me donnes de la force quand je perds pieds…

-de ce couloir qui nous séparait pendant 5jours je retiens qu’il m a encore plus rapproché de toi, et j ai eu conscience de la chance que j avais de t’avoir enfin dans ma vie

-de ces 18 jours en neonat je retiens qu’ils nous ont permis d être focalisé sur toi, d apprendre à te connaître, à prendre nos marques, et aussi de limiter les visiteurs !

Si on m avait dit qu un déclenchement pouvait être merveilleux. Que je serais mère instantanément ( réellement a mon arrivée en neonat plus qu en salle d accouchement …). Que l amour pour son enfant dépassait les limites du raisonnable ! Qu on pouvait pleurer d amour. Si on m avait dit tout ça avant… mon seul regret c est que tu ne soit pas rentrée dans ma vie plus tôt !!

 

Je souhaite à chacun(e) d entre vous ce même bonheur, indescriptible, inqualifiable, irrationnel, hors du temps …

 

 

Le premier jour du reste de ta vie ❤️

Ce fut le 14 Décembre a 21h10 que j ai mis au monde ma merveille ! Un accouchement merveilleux, après un déclenchement , une péri formidable et une bulle de bonheur et d amour avec mon bébé. J ai senti sa descente, son passage dans mon bassin, j ai posé ma main sur son crâne et je l’ai regardé sortir sa tête et me lancer son premier regard. Elle ! Je l ai trouvé belle de suite , je suis tombée sous son charme. Ce regard restera en moi éternellement…

son premier souffle sur moi. J ai tout de suite sentie qu elle était petite en l attrapant pour la poser près de moi… a peine le temps d atterrir qu’on l enlevait à moi… je n’ai pas su son sexe dans la précipitation … mais tout ce qui m importait c était qu elle respire et qu elle aille bien à ce moment là !

Papa est parti la rejoindre. Le temps passait et personne n arrivait. J attendais toujours de savoir si mon bébé était une fille ou un garçon … j ai pu expulser le placenta en attendant, un petit poussage et tout était sorti ! Merveilleux accouchement …

puis Papa revient avec mon trésor dans les bras, a m annonçant que c était une petite fille en me donnant son prénom ! J étais aux anges ! Moi qui ai pensé toute ma grossesse que ce serait une fille !!

le bonheur malheureusement s arrête la, comme un coups de massue qui s est abattue sur nous… notre amour a des pouces atrophié et je reste choquée par cette image quand on l à posee sur moi… on a été vidé par cette annonce. Et Bébée a été transférée en Néonat avec son petit poids de 2,050kg…

je n ai pu la revoir qu a 1h30 du matin, après un repas imposé !

elle a aujourd’hui deux semaines et nous encaissons encore le coups … toujours à l Hopital car elle ne se réveille pas pour manger …

le bonheur de cet accouchement si merveilleux, et de ses suites pleines de larmes et d angoisses. Des examens de tout le corps, des radios a 1jour de vie… dur dur … mais notre trésor va bien pour le reste, et nous sommes fou d amour pour elle …

dire que je ne regrette rien serait faux, je me suis posée plein de questions sur ce parcours et si finalement ça avait valut le coups… je la veux elle parce que je l’aime d’un amour inconditionnel… mais la vie est une sacrée  PUTE !!!

on peut chercher le meilleur pour son enfant, on ne contrôle malheureusement pas tout … est ce une leçon que j avais besoin de recevoir?